dans

Chambre des metiers et de l’artisanat

Un bilan comptable catastrophique

4150 electeurs ont porté Mme Radhua Oumari à la tête de la CMA pour un mandat de 5 ans. Le bureau est constitué depuis lundi. Félicitations aux nouveaux élus. Et courage car les anciens dirigeants ont laissé un piètre bilan. Le Conseil Départemental menaçait d’ailleurs avant les votes de stopper les financements.
Dans un courrier daté du 8 fevrier 2021, le président sortant de la CMA, Salime Soumaila, demandait le versement de subventions en instance. Le DGA chargé du développement économique lui a opposé un refus catégorique.
Les raisons du blocage sont justifiées par des irrégularités flagrantes :
– transmission en date du 27 janvier 2021 , soit près de trois ans après sa clôture, du bilan de l’exercice 2018;
– absence de délibération validant le document;
– aucune pièce mentionnant l’engagement juridique;
– bilan et compte de résultat 2018 validé par l’expert comptable ne sont pas joints ;
– le rapport du commissaire aux comptes daté du 1 7 novembre 2020 n’est pas signé…

Paiement de 540 000 euros suspendu

En fait, plusieurs articles de la convention cadre de partenariat, d’objectifs et de moyens 2018-2021 n’ont pas été respectés. Le compte rendu financier n’est pas honoré. Idem pour les dossiers de demande d’aides économiques concernant les artisans taxis. Pour le volet formation de dirigeants d’entreprises, aucun document ne justifie l’attribution des aides.
Au vu de ces éléments, la DDEI préconisait d’annuler définitivement le solde de la subvention 2018 d’un montant de 30 000 euros.
De suspendre la mise en paiement de l’acompte 2021 de la subvention pluriannuelle 2019-2021 d’un montant de 510 000 € jusqu’à la liquidation effective de la subvention 2019.
D’accorder un délai de 6 mois pour régulariser les choses. Dépassé ce délai, non seulement le solde de la subvention 2019 sera considéré comme définitivement perdu par la CMA, mais également la subvention 2020 et 2021.
Pour éviter une délibération départementale validant ces menaces, il était suggéré au président « Rais » de transmettee à la DDEI l’ensemble des éléments manquants.

Un audit financier pour sortir du gouffre

Voilà un aperçu du bilan déplorable des deux derniers mandats et du DGS Jean-Denis Larose qui règne en maître sur la chambre consulaire depuis quinze ans.
La présidente Radhua Oumari a une tâche compliquée par la mauvaise gestion. Pour relever l »institution qui s’illustrait plus pour les voyages à Madagascar, elle devra convaincre le Département de ne pas couper les vivres afin de mettre en oeuvre un projet solide et réhabiliter une image dégradée.
Pour cela, un audit financier est impératif.

Qu'en pensez-vous ?

Conflit d’intérêt : Borello, l’homme le plus influent de Mayotte

SMEAM, perquisitions et garde à vue