dans

Droit de réponse de Madame FAYOLLE : Affaire Bacar Mouta

Droit de réponse de Madame FAYOLLE à l’article de Zaïdou BAMANA paru dans le site web 976news.fr le 04 juin 2021 et intitulé « Affaire Bacar Mouta contre le Rectorat ». 

Monsieur Le Directeur de la Publication,

Monsieur BAMANA soutient dans son article que le « rapport établi par M. Pascal Marsilloux et Mme Fayolle est un véritable réquisitoire. »

Il ajoute « dénoncer la répétition de ces pratiques administratives condamnables« , que « la méthode usitée par les inspecteurs apparait malveillante » et enfin dénonce une « sécurisation d’emploi que deux agents s’attèlent à démanteler »

Ces affirmations sont inexactes et laissent entendre que je n’exécuterais pas mes fonctions d’Inspectrice pédagogique régionale d’histoire-géographie du Rectorat de Mayotte avec l’impartialité requise et dans le respect du référentiel de compétences des métiers de l’éducation paru au bulletin officiel de l’éducation nationale du 25 juillet 2013.

Membre de l’éducation nationale depuis 30 années, j’accomplis mes fonctions dans le strict respect des règles et des référentiels de compétences de la profession, sans que le Rectorat n’ait jamais eu à me faire le moindre reproche.

Par ailleurs, Monsieur BAMANA affirme que « Chose surprenante, l’enseignant a pourtant signé son CDI avec le Recteur Gilles Halbout le 20 août 2020, un droit acquis sur la base de plusieurs visites d’inspection élogieuses. Comment, en l’espace de six mois, Mouta est-il passé du statut de professeur sérieux à celui de mauvais enseignant ? C’est la question que pose cette affaire troublante ! »

Ces affirmations sont toutefois mensongères dans la mesure où Monsieur MOUTA n’a jamais été vu par aucun inspecteur pédagogique régional d’histoire-géographie avant ma visite du 13 novembre 2021 et de mon rapport de visite signé par Monsieur MOUTA le 3 décembre 2021.

Il a en effet été vu uniquement par des chargés de mission dont les observations n’étaient pas toujours élogieuses comme l’attestent les rapports de la chargée de mission d’inspection, suite à ses visites du 7 juin 2018, du 5 février 2019.

Plus loin, Monsieur BAMANA soutient que « Les conclusions d’un précédent rapport évoquait « un enseignant qui possède de bonnes qualités professionnelles », devenu par miracle « une personnalité aux méthodes comminatoires avec un bilan pire que catastrophique ».

Une fois de plus, ces allégations sont inexactes, Monsieur MOUTA ayant déjà fait l’objet d’observations négatives, prémices du rapport rendu en avril 2021.

Le rapport établi par Monsieur MARSILLOUX, chargé de mission d’inspection suite à sa visite du 15 avril 2021, signé par mes soins est donc loin d’être un réquisitoire mais va bien dans le sens des éléments didactiques négatifs relevés dans l’exercice des fonctions de Monsieur MOUTA, au cours des précédentes visites effectuées par des chargés de mission.

Madame Loetizia FAYOLLE

Qu'en pensez-vous ?

Les bacheliers de la commune de Chiconi

Droit de réponse de Madame FAYOLLE à l’article « Harcèlement moral au Rectorat »