dans

Ebola en RDC et en Guinée, la Tanzanie en état d’alerte

L’Afrique fait face à une nouvelle crise sanitaire. Après la République Démocratique du Congo et la Guinée-Conakry, la Tanzanie a annoncé qu’elle était en état d’alerte d’une épidémie d’Ebola. Selon le médecin régional de Kigoma, le Dr Simon Chacha, le pays a renforcé les tests autour des frontières et à ses points d’entrée. Cette dernière épidémie a fait surface dans la province orientale du Kivu, et à ce jour, une deuxième personne est décédée.

La région de Kigoma, dans l’ouest de la Tanzanie, partage une frontière avec le Burundi et la RDC de l’autre côté du lac Tanganyika. Le Dr Chacha a indiqué que le gouvernement sensibilisait la population sur les symptômes d’Ebola par le biais des médias de masse, de l’utilisation de dépliants, de publicités et d’agents de santé communautaires.

« Nous avons renforcé la coopération des districts voisins en effectuant une surveillance transfrontalière avec les citoyens pour fournir des informations sur les symptômes suspectés d’Ebola », a déclaré le Dr Chacha. La nouvelle épidémie en RDC est survenue trois mois seulement après que les autorités ont déclaré la fin de la 11ème épidémie, qui a infecté 130 personnes et tué 55 d’entre elles.

La région de Kigoma compte une population de 2 616 200 habitants (projections du recensement 2018) avec un taux de croissance annuel estimé à 2,4%. La région accueille actuellement un grand nombre de réfugiés burundais et congolais dans trois camps de réfugiés situés dans les districts de Kasulu, Kibondo et Kakonko.

Selon l’OMS, les symptômes de la maladie à virus Ebola peuvent être soudains et inclure fièvre, fatigue, muscles, douleurs, maux de tête et maux de gorge, suivis de vomissements, de diarrhée, d’éruptions cutanées, de symptômes d’insuffisance rénale et hépatique, et dans certains cas des saignements internes et externes, par exemple suintement des gencives, du sang dans les selles.

Pendant ce temps, alors que la pandémie de Coronavirus fait rage dans le monde entier avec de nouvelles variantes émergent en Afrique du Sud, au Royaume-Uni et aux États-Unis, le ministère japonais des Affaires étrangères a émis un avertissement, le 9 février, selon lequel le pays envisageait de suspendre ou de reporter les voyages en Tanzanie en raison de l’aggravation de la situation d’infection à Coronavirus.

« En juin (2020), le président a déclaré que Dieu a sauvé la Tanzanie du coronavirus, ce qui rend difficile la reconnaissance officielle de l’existence du virus ou des cas d’infection », lit-on dans le communiqué publié par le ministère japonais des Affaires étrangères.

L’ambassade des États-Unis en Tanzanie a quant à elle révélé que les cas de Covid-19 avaient augmenté depuis janvier. « L’ambassade des États-Unis est consciente d’une augmentation significative du nombre de cas de Covid-19, depuis janvier 2021. Les établissements de santé en Tanzanie peuvent être rapidement submergés par une crise sanitaire. La capacité hospitalière limitée dans toute la Tanzanie pourrait entraîner des retards potentiellement mortels pour les soins médicaux d’urgence », précise le communiqué.

Dale Abraham Sarr

Qu'en pensez-vous ?

Covid-19 Rwanda : des drones pour la livraison du vaccin

Covid-19 : l’Afrique approche des 100 000 décès officiels