dans ,

La problématique de l’éducation : une affaire des familles

Lorsque Mayotte devient en 1976 une Collectivité territoriale de la République française, la population mahoraise vit dans une île pauvre, rurale, les habitants sont majoritairement des villageois sédentaires, incultes, le lien entre la population et l’administration est difficile à maintenir, voire à établir. Quant à l’enfant, il se retrouve très tôt, du fait des multiples contraintes, mis au travail dans son cadre familial.

Les problématiques de l’éducation se présentent alors, à Mayotte, sous un jour très particulier. Pour les élus et pour le directeur de l’enseignement, Jean Fasquel, faire venir les enfants à l’école oblige à appréhender dans leur globalité les défis du sous-développement et de la pauvreté. C’est à l’ensemble de la population – agriculteurs, éleveurs, pêcheurs, parents, chefs de villages, foundis (maîtres) coraniques – qu’il convient de faire comprendre l’importance primordiale de l’école, tant pour le présent que pour l’avenir.

Dès lors, la problématique de l’éducation ne peut être abordée que dans le cadre d’une vision sociétale, au sein de laquelle, depuis la construction de locaux jusqu’au versement de salaires décents aux personnels, en passant par l’information et la sensibilisation des parents, toutes les composantes sont prises en compte, font l’objet des mêmes soins et sont affectées du même degré d’urgence.

Pour les familles, c’est une pédagogie de changement des mentalités qui s’impose, en même temps qu’une formule de compensation pour le travail que leurs enfants, une fois scolarisés, ne leur fournissent plus. Pour les différents services administratifs impliqués, c’est à une concentration étroite et à une coordination permanente qu’il faut aboutir. Dans ces années de tâtonnements, chacun est conscient que seule une approche globale peut aboutir à la solution globale recherchée. Cette solution pragmatique se traduit par une formule toute simple : l’éducation est une priorité et fait partie intégrante d’un combat plus vaste, la réduction de la pauvreté.

Qu'en pensez-vous ?

Scolarisation : une obligation faite aux parents

L’école de la francophonie : un combat contre l’analphabétisme