dans ,

Tentative de suicide au collège de Démbeni, la FCPE réagit

Ce que souhaite la FCPE Mayotte c’est le respect à l’éducation de nos enfants dans les règles et le refus du diktat qui oublie que l’école est une gestion de la communauté éducative d’abord et non pas au clientélisme arrogant qui est loin de protéger l’intérêt de tous.

image immunite-suicide

La FCPE Mayotte exige des réponses après une tentative de suicide d’un personnel du collège de Dembéni, ce mercredi 9 février 2022. Il s’agit d’une situation qui n’aurait pas dû avoir lieu si le rectorat n’avait pas minimisé l’ampleur de la situation et était bienveillant avec l’ensemble des acteurs impliqués dans ce collège.

En effet, la FCPE Mayotte avait eu connaissance des agissements du chef de cet établissement le 24 novembre 2021 et elle avait contacté le rectorat pour amorcer un dialogue entre la direction, les parents d’élèves et une partie du personnel enseignant comme non enseignant. Pour le rectorat, il s’agissait d’une affaire politique et qu’elle ne réagirait pas.

Tout est partie du fait que les parents d’élèves de ce collège s’inquiètent de l’absence de dialogue entre le chef d’établissement, les parents d’élèves et un certain nombre d’enseignants. Malgré plusieurs tentatives de rencontres, les parents ont montré leur mécontentement à travers des banderoles accrochées à côté de l’arrêt de bus. Ce sont donc les refus incessants qui sont apparentés à du mépris de ce chef d’établissement qui  auraient donc poussé les parents à montrer leur volonté de permettre l’ouverture de discussions. Malheureusement, la direction de cet établissement voulait voir un certain nombre de parents d’élèves et éviter d’autres.

Lorsque la FCPE Mayotte a constaté que la situation devenait de plus en plus difficile, elle a saisi encore une fois le rectorat pour qu’il y ait un dialogue. Et le 09 décembre 2021 à 17h00 une rencontre avait été retenue entre la FCPE Mayotte, certains membres de l’association des parents d’élèves de la commune de Dembéni, le rectorat, le chef d’établissement et certains membres du conseil d’administration. Encore une fois, le dialogue n’a pas pu avoir lieu face au mépris du chef de l’établissement et pour autant la FCPE Mayotte n’a pas arrêté ses efforts afin de trouver une issue favorable à tous pour l’intérêt des enfants et leurs parents d’abord, le personnel en particulier.

Le 14 décembre 2021, la FCPE Mayotte avait été sollicitée par le rectorat pour aborder la situation de Dembéni. Le recteur avait reconnu la rigidité de son chef d’établissement mais qu’il préférait gérer la situation et qu’il allait vers l’arrêt des clivages au sein de ce collège.

La FCPE Mayotte rappelle que L’article L. 111-4 (loi du 10 juillet 1989) en expose les principes généraux : « Les parents d’élèves sont membres de la communauté éducative. Leur participation à la vie scolaire et le dialogue avec les enseignants et les autres personnels sont assurés dans chaque école et dans chaque établissement. Les parents d’élèves participent, par leurs représentants aux conseils d’école, aux conseils d’administration des établissements scolaires et aux conseils de classe ».

Vous voyez bien que la FCPE Mayotte est bien dans son rôle lorsqu’elle joue le rôle de médiation face à un blocage d’un chef d’établissement qui fait plus passer son égocentrisme au détriment de la communauté éducative du collège.

La FCPE Mayotte pense qu’il y a urgence et que le rectorat ne va pas rester insensible à la détresse de la communauté éducative de cet établissement, protéger indéfiniment un chef d’établissement sans vergogne et ne réagirait que lorsqu’il y aurait mort d’homme pour décider comme un médecin après la mort, de déclarer que le fantasme d’une seule personne ne doit plus ternir l’image d’une institution et préserver ainsi l’intérêt de tous. 

Qu'en pensez-vous ?

Retrait du projet de loi Mayotte : diviser pour vaincre

Arrêt Technique des Barges Polé et Karihani