dans

Toumbou Lissilamou saisit le Préfet de Mayotte

Le leader d’opinion prend la parole dans les réseaux sociaux et pointe du doigt la violence qui continue de détruire Mayotte

Photo prise sur la page Toumbou Lissilamou

La délinquance juvénile et la violence chez les mineurs ont explosé de façon exponentielle à Mayotte et les affrontements entre bandes rivales se multiplient.

Pour le leader d’opinion Lissilamou, la république n’est pas visible à Mayotte. Il réagit face aux nouvelles violences qui ont secoué l’île et saisit Mr Thierry SUQUET, Préfet de Mayotte :

« Monsieur le Préfet de Mayotte,
Depuis quelques semaines, les élèves sont escortés par les forces de l’ordre pour se rendre à l’école et à la fin des cours.
Selon vous, il s’agit d’une mesure exceptionnelle pour assurer la sécurité des élèves.
Cette même mesure est appliquée lors des transferts des prisonniers d’une prison A vers une prison B.
C’est une honte pour la République française. La France, cette grande NATION incapable de protéger la population Mahoraise.
Monsieur le Préfet, citez nous un seul département français où les élèves sont escortés par les forces de l’ordre tous les matins.
À Mayotte, la grandeur de la République Française est piétinée par des dizaines de délinquants. C’est une honte. Un échec pour la République.
Elle est où cette République qui protège ses citoyens ?
Elle est où cette République qui garantit la liberté de ses citoyens ?
Elle est où cette République qui assure l’égalité de traitement de tous ses citoyens ?
Elle est où cette République fraternelle ?
Monsieur le Préfet, si demain je décide de m’armer et d’assurer ma sécurité et celle de ma famille, la justice de la République Française me condamnera.
Alors permettez-moi, au nom de la liberté d’expression, d’exprimer mon exaspération avec des mots appris à l’école de la République.
Cette même école dont les élèves n’ont plus accès librement, à Mayotte » »

Qu'en pensez-vous ?

À Mayotte, le social recrute

Koungou au chevet de la France