dans ,

Les leçons à tirer de cette double crise sanitaire et économique

La relance économique post-Covid 19. La réactivité des institutions, une donnée essentielle.

La crise du Covid a mis à nu les limites de notre modèle économique . Elle nous invite ainsi à revoir nos modèles d’affaires, à repenser et concevoir des business model agiles qui sauront s’adapter rapidement aux évolutions structurelles de l’économie mondialisée et de plus en plus digitalisée.
La disparition de certains acteurs est l’une des certitudes, d’autres se réinventeront et nous observerons surtout l’émergence de nouveaux entrants sur le marché. Des acteurs qui vont cependant, devoir intégrer les changements des comportements et habitudes des consommateurs dans leurs stratégies .
C’est alors dans ce nouveau paysage économique ou plutôt cette nouvelle réalité que nous allons devoir inscrire notre plan de relance, puisque désormais rien ne sera comme avant.
Une relance par les entreprises, les ménages mais surtout par les institutions.
La contribution de tous à l’effort sera la clé du succès. Le rebond économique sera celui des entreprises et des ménages mais d’abord et particulièrement un rebond par les institutions qui ont un rôle prépondérant dans l’économie Mahoraise.
En effet, notre économie étant dépendante du secteur public, un choc de simplifications dans les processus administratifs serait , toutes choses égales par ailleurs, un gain en temps et en productivité pour les entreprises .
En simplifiant leurs processus internes et en réduisant leurs délais de traitement administratif, les institutions pourraient ainsi régler leur pendule sur la même heure que celle des entreprises, puisque l’enjeu est ici d’agir vite et efficacement.
Augmenter la capacité d’investissement des entreprises, la condition de première ordre.
Pour une relance durable et soutenable, tel un athlète de haut niveau qui doit avoir toutes ses forces pour maximiser ses chances de remporter des victoires, les entreprises, avec des structures bilancielles fragilisées devraient avoir accès rapidement à la finance pour ainsi augmenter leur capacité d’investissement.
Les subventions publiques mobilisables doivent l’être dans des délais records, car elle constituent souvent un palier non négligeable pour accéder au financement bancaire. Ainsi par exemple, raccourcir des délais de traitement de l’aide à l’investissement du Conseil Départemental de Mayotte serait l’expression la plus éloquente d’une stratégie de relance aboutie. Une manière d’encourager l’arrivée des nouveaux players.
Innovation et financement
Parmi les nouveaux entrants, des entreprises créatives (startups orientées vers les Techs) avec des modèles économiques plus risqués mais à forts potentiels.
Accompagner les talents des jeunes Mahorais à un prix qu’il faut payer quoi qu’il en coûte. L’innovation est l’un des leviers sur lequel nous pourrions nous appuyer pour une relance durable et soutenable, car en effet ces entreprises créatives ont l’avantage d’être agiles et donc s’adaptent rapidement au changement de comportement des consommateurs.
L’idée d’une création d’un Capital innovation par le Conseil Départemental pouvant investir des tickets importants en fonds propres ou quasi-fonds propres dans des entreprises innovantes à fort potentiel ne manquerait pas de pertinence. Il est, de toute évidence, nécessaire que ces nouveaux entrants soient accompagnés par de nouveaux véhicules de financement plus appropriés.
Enfin, l’économie post-Covid est une économie nouvelle, nous invitant à interroger nos modèles économiques, nous imposant à nous adapter à la nouvelle normalité mais surtout nous demandant à tirer les leçons de la crise pour bâtir une économie plus résiliante face aux prochaines crises.
Dithoimaraini Foundi
Spécialiste en finance alternative

Qu'en pensez-vous ?

Triple assassinats de La vigie

Contrôle des motifs impérieux