dans

Les produits amaigrissants et blanchissants : des cadeaux empoisonnés ?

D’Abidjan à Abuja en passant par Cotonou, le constat est le même en Afrique de l’Ouest : le marché des produits de beauté est infesté de produits amaigrissants et blanchissants à effet “BIM”. Très peu utilisés par le passé, ces produits sont devenus une « référence » surtout chez les femmes aujourd’hui.

Découvrons ensemble les causes, les techniques d’amaigrissement et de blanchissement de la peau ainsi que les effets dévastateurs de ces produits.

Pourquoi les femmes ont-elles recours à ces produits ?

Nombreuses sont les femmes qui voient malheureusement les produits amaigrissants et blanchissants comme des « produits miracles » avec lesquels elles peuvent obtenir des résultats extraordinaires sans risques. Pour plusieurs raisons, elles prennent d’assaut les pharmacies et les drogueries à la recherche de ces produits.

Les causes de l’utilisation des produits amaigrissants

Les femmes sont, en général, de grandes consommatrices de produits amaigrissants et blanchissants. Le nombre de femmes qui s’approvisionnent d’ailleurs en produits amaigrissants de nos jours dépasse, et de très loin, celui des hommes. Mais qu’est-ce qui peut bien justifier cette forte tendance ?

Les causes de l’usage des produits amaigrissants par les femmes sont multiples. Dans la majorité des cas, c’est le besoin d’avoir une silhouette fine et sexy, de ressembler aux stars de la mode, de la musique et l’obsession pour les tenues assorties qui amènent plusieurs femmes à se procurer les produits amaigrissants.

Toutes ces raisons expliquent l’utilisation de plus en plus accrue des produits amaigrissants par les femmes en Afrique de l’Ouest.

Les causes de l’utilisation des produits blanchissants

Plusieurs raisons poussent les femmes à éclaircir leur peau à l’aide de produits blanchissants. Pour la plupart d’entre elles, le blanchissement de la peau est synonyme de pureté. D’où leur fascination pour ces produits.

Pour d’autres encore, blanchir sa peau favorise l’estime de soi. Avoir une peau blanche est aussi le « meilleur moyen de décrocher le plus mignon des hommes et même de trouver facilement un emploi », confie d’ailleurs Astrid rencontrée dans un club à Cotonou. En clair, tous les arguments pour blanchir la peau sont bons pour ces femmes.

https://www.facebook.com/rumeursaufaso/posts/550169875327391

Quels sont les différentes techniques d’amaigrissement et de blanchissement de la peau utilisées par les femmes ?

Pour maigrir, plusieurs produits existent aujourd’hui sur le marché des cosmétiques en Afrique de l’Ouest. Les comprimés et les savons sont les produits les plus plébiscités pour affiner sa silhouette aujourd’hui. Cela dit, ces produits peuvent varier d’un pays à un autre. Aussi, malgré leur dangerosité, ces produits sont-ils exposés, dans la plus grande tranquillité, dans les boutiques et sur les étagères des bonnes dames sur la place marchande.

Quant au blanchissement de la peau, les femmes, aujourd’hui, emploient deux techniques phares : la technique cutanée et la technique intraveineuse. La forme cutanée du blanchissement de la peau consiste en l’application directe sur la peau des produits cosmétiques contenants des agents éclaircissants. Ces produits sont, entre autres, la crème, le savon de toilette et le lait de beauté.

Interdits de vente en Europe pour nombre d’entre eux, notamment ceux contenant de l’hydroquinone, ces produits font malheureusement leur petit bonhomme de chemin sur le marché cosmétique en Afrique de l’Ouest. Ils sont vendus dans les pharmacies, dans les boutiques de quartier et dans les marchés.

Mais depuis peu, des savons préparés par des femmes (africaines), qui s’auto-proclament « spécialiste en cosmétique » voient le jour. Ces savons préparés, présentés comme des produits blanchissants, gagnent de plus en plus de terrain en Afrique de l’Ouest.

La formule intraveineuse, pour sa part, consiste à utiliser des seringues pour injecter dans le corps des produits à forte dose de corticoïdes. Cette formule d’éclaircissement de la peau n’est pas à la portée de toutes, en raison de son coût onéreux.

Cela explique d’ailleurs pourquoi la formule cutanée est la plus en vogue actuellement. Toutefois, pour avoir la formule intraveineuse, certaines femmes n’hésitent pas à créer des groupes sur les réseaux sociaux où les femmes désireuses de faire l’injection peuvent cotiser de l’argent sous forme de « tontine ».

Les produits amaigrissants et blanchissants, peu importe leur prix et leur « efficacité », sont très nuisibles à l’organisme. Voici quelques-uns des risques qu’encourent leurs utilisatrices.

Les risques liés à la prise des produits amaigrissants

Souvent présentés comme des compléments alimentaires, les produits amaigrissants comportent en réalité des substances toxiques telle que la sibutramine, un anorexigène mortel. En effet, ces produits peuvent provoquer la nausée, le vertige et entacher votre pronostic vital. Ils peuvent également engendrer l’hypertension, l’insuffisance respiratoire, l’anémie, etc.

Les risques liés au blanchissement de la peau

Les conséquences de l’utilisation des produits éclaircissants sont légion. Nous pouvons en présenter deux ici.

La modification de la structure de l’épiderme

La peau, au contact des produits éclaircissants s’affine et se fragilise, devenant ainsi de plus en plus exposée aux maladies épidermiques. Le blanchissement de la peau fragilise aussi les défenses immunitaires de l’organisme et est responsable de nombreuses maladies comme l’hypertension artérielle.

Les risques de cancer de peau

Selon les conclusions de plusieurs études scientifiques, les produits chimiques entrant en composition des produits éclaircissants sont nocifs et cancérigènes. Ces produits blanchissants occasionnent la destruction des défenses immunitaires et expose la peau aux attaques climatiques.

https://web.facebook.com/comores.libra/posts/156752392175833

Berenice Kouazounde

 
 

Qu'en pensez-vous ?

Rwanda : ce qu’il faut retenir du début de la vaccination contre le Covid-19

En Afrique, une plateforme en ligne pour la protection des journalistes